Aller au contenu principal

Nos axes

Energy Observer Foundation fédère les expertises pour accélérer la transition énergétique, sensibilise tous les publics au potentiel de l’hydrogène et promeut les 17 Objectifs de développement durable.

  1. 1. Agir pour la transition énergétique
  2. 2. Sensibiliser aux technologies hydrogène
  3. 3. Promouvoir les 17 ODD

1. Agir pour la transition énergétique

L’énergie est au cœur de la transition écologique, de notre engagement et de notre action.

Politiques, entreprises, citoyens, nous avons tous un rôle à jouer pour modifier structurellement les modes de production et de consommation de l’énergie. L’objectif est de lutter contre le réchauffement climatique en limitant les émissions de CO2 dans l’atmosphère, et de tous les autres polluants.

Le village d'exposition à Anvers

L'énergie est au cœur de nos sociétés

Optimiser l’utilisation quotidienne de l’énergie, diminuer drastiquement les combustibles fossiles au profit des énergies renouvelables, changer nos modes de vie pour mieux respecter notre environnement : tels sont les défis que nous devons collectivement relever dès maintenant. Ils nécessiteront une transformation profonde et durable de tous les secteurs de l’énergie, de la production à la consommation.

Les dernières analyses du GIEC, le rapport RTE sur les futurs énergétiques 2050, ou les derniers scenarios prospectifs de l’ADEME soulignent la nécessité absolue d’accélérer cette transition énergétique. C’est aussi vrai dans le secteur maritime. Selon l’Organisation Maritime Internationale (OMI), 80% du trafic mondial de marchandises se fait par voie maritime. Responsable de près de 3% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde, la décarbonation de cette industrie en pleine croissance est inéluctable et indispensable pour atteindre les objectifs 2030 et 2050 fixés par l’OMI.

Dans ce contexte, Energy Observer Foundation agit de plusieurs façons pour la transition énergétique, avec une attention particulière portée au maritime :

  • En rassemblant les expertises nécessaires pour identifier ensemble les facteurs d’accélération et les freins à la transition vers des solutions décarbonées.
  • En les faisant collaborer, en mutualisant les savoirs technologiques et les pratiques avec des objectifs concrets, comme celui de concevoir un nouveau bateau démonstrateur, un navire de charge à usage professionnel.
  • En produisant des études d’intérêt général portant sur les nouvelles technologies et systèmes de propulsion dans le maritime avec la Coalition pour la Transition Eco-Energétique du Maritime (T2EM)
  • En optimisant les outils de mesure de la consommation énergétique et les performances du catamaran Energy Observer, mais également les outils de mesures de la pollution maritime (pollution de l’eau, atmosphérique et sonore) provenant des bateaux ; en rendant disponible ces données sous une forme accessible aux armateurs, chercheurs et ingénieurs.
  • En menant une action de sensibilisation d’envergure destinée au grand public, au travers d’un nouveau musée entièrement dédié à l’énergie dans toutes ses dimensions.

L’Odyssée d’Energy Observer porte depuis 2017 une parole engagée et une action concrète à la pointe de l’innovation au service de la transition énergétique. Le fonds de dotation Energy Observer Foundation entend renforcer cette action par la poursuite de programmes de recherche et de sensibilisation.

« L’un des objectifs fondamentaux de l’OMI est que d’ici 2050, nous réduisions d’au moins 50 % les émissions de GES (gaz à effet de serre) du transport maritime international. Si l’on considère l’augmentation de la flotte maritime mondiale vers 2050, en termes de navires individuels, cet objectif signifie une réduction d’au moins 80 à 85 % par navire. C’est une ambition très élevée. L’une des principales sources est l’hydrogène. Dans ce sens, je suis très heureux de constater l’effort de développement du projet Energy Observer. Il faudrait davantage de travaux de recherche et d’efforts pour appliquer cela aux plus gros navires afin que nous puissions finalement atteindre notre objectif d’ici 2050 ».

Kitack Lim, Secrétaire général de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables

2. Sensibiliser aux technologies hydrogène

L'hydrogène est un des éléments clés de la transition énergétique. Il joue un rôle fondamental dans la décarbonation par l’intermédiaire notamment d’applications industrielles et mobiles. Cette priorité environnementale est aussi économique ; elle est au cœur de la renaissance industrielle et majeure en termes de souveraineté. Energy Observer Foundation agit pour contribuer à développer la société hydrogène, à lever les freins qui ralentissent sa croissance, et à guider les jeunes vers les nouveaux métiers d’avenir qu’elle propose.

Les avantages de l’hydrogène

À la différence des énergies fossiles ou renouvelables, l’hydrogène est une énergie secondaire, un vecteur énergétique permettant de stocker et de transporter de l'énergie. C’est l'élément le plus léger (numéro atomique 1), le plus simple et le plus abondant de l'univers.

Produit à partir d’énergies renouvelables*, l’hydrogène permet :

  • d'augmenter la part des énergies renouvelables dans les mix énergétiques, en palliant leur intermittence
  • de distribuer l’énergie dans tous les secteurs et toutes les régions qui font face aujourd’hui à des difficultés d’approvisionnement
  • de décarboner les différents secteurs de l’économie (industrie, transports, logements)
  • de fournir une matière stockable et renouvelable

* Actuellement dans le monde, 95% de l’hydrogène est produit à partir d’énergies fossiles. Le défi : développer une production propre, à partir de l’électrolyse de l’eau, grâce aux énergies renouvelables. On parle alors d’hydrogène renouvelable.

Energy Observer à Nouméa

La révolution hydrogène

La révolution hydrogène est sur toutes les lèvres. Elle occupe un espace médiatique considérable, se plaçant au cœur des plans de relance post covid et bénéficiant de financements publics importants. Pourtant, nombre de questionnements persistent et génèrent autant de freins au développement de cette filière. Dans le même temps, la France manifeste un fort besoin de formation de ses ingénieurs, techniciens et opérateurs à de nouvelles réalités professionnelles pour développer la filière. D’après le livre blanc de France Hydrogène (avril 2021), 14 domaines de compétences 84 métiers dont 17 sont en tension dans ce secteur. Former les jeunes générations est un enjeu fort, et les guider en amont vers des nouveaux lieux d’apprentissage devient nécessaire.

Dans ce contexte, Energy Observer Foundation s’est fixé plusieurs objectifs :

  • Intervenir en milieu scolaire pour susciter des vocations et orienter vers des métiers de la filière H2.
  • Intervenir auprès des étudiants à l’Université, en école d’ingénieur ou en école navale pour assurer leur compréhension du rôle de l’H2 dans la transition énergétique actuelle.
  • Intervenir auprès des professionnels, institutionnels et parties prenantes de la filière pour les sensibiliser aux enjeux sur toute la chaîne de valeur hydrogène.
  • Produire des fiches pédagogiques et des outils de sensibilisation à destination de ces publics.

« Energy Observer montre qu’avec les innovations et les technologies disponibles, il est possible d’accélérer le développement de solutions « bas carbone » pour atteindre nos objectifs en terme de climat et de développement durable. L’hydrogène basé sur les énergies renouvelables est très prometteur dans le contexte de décarbonation des transports et d’autres secteurs difficiles à électrifier. »

Francesco La Camera, Directeur général de l’agence international pour les énergies renouvelables (IRENA).

3. Promouvoir les 17 ODD

Pauvreté, inégalités, dégradation de l'environnement, réchauffement climatique... C’est pour rassembler la communauté internationale autour de nouveaux objectifs et d’un autre avenir possible que les 17 Objectifs de développement durable (ODD) ont été pensés. Un avenir qui rime avec prospérité, paix, justice et durabilité.

Nommé premier Ambassadeur français des 17 Objectifs de développement durable par le gouvernement en 2018, Victorien Erussard, Président fondateur d’Energy Observer, porte cet engagement à travers Energy Observer Foundation partout dans le monde.

Une feuille de route universelle

Les 17 Objectifs de développement durables, adoptés en septembre 2015 par l’ONU dans le cadre de l’agenda 2030, sont fondamentaux. Ils apportent un cap chiffré, un langage commun, un agenda universel. Dans le cadre de la mission diplomatique confiée à Victorien Erussard, nous diffusons le message de la France sur la nécessité d’agir sur tous les aspects de la transition écologique en espérant inspirer le plus grand nombre possible.

Nous avons également pour ambition de nourrir la réflexion en France et à l’international sur ces 17 ODD dont l’interconnexion des enjeux économiques, sociaux et environnementaux n’est plus à démontrer.

Trop peu de Français connaissent ces 17 ODD et même si leur notoriété progresse, nous nous trouvons dans moment clé pour développer leur visibilité.

Les citoyens vont devoir progressivement transformer ou adapter leur mode de vie dans une dynamique positive qui devra être accompagnée. Les entreprises devront davantage s’engager via leurs politiques RSE et leurs stratégies en regard de la feuille de route des ODD (production, approvisionnement…).

Quant aux État, aux politiques publiques, aux collectivités locales, tous doivent agir de manière responsable dans leur sphère de compétence et à leur échelle. Les investisseurs doivent faire des choix « à impact », tandis que les ONG vont poursuivre la sensibilisation par leur action de plaidoyer.

Dans ce contexte, nous agissons de plusieurs façons :

  • En nourrissant la plateforme Energy Observer Solutions
  • En poursuivant le travail de sensibilisation à l’international et sur le territoire national grâce à nos expositions itinérantes, à nos outils pédagogiques et à l’intervention de nos équipes
  • En contribuant à la réflexion avec les pouvoirs publics français, en participant aux débats afin que les 17 ODD puissent être pleinement utilisés comme feuille de route de la relance post-pandémie.
  • En produisant des documentaires pour faire connaître les 17 ODD au plus large des publics et accroître leur notoriété.